Magali Cazo Art Story

Posted by on / 0 Comments

it zh-hans

Magali Cazo Art story
J’ai marché un soir au bord d’une pensée et c’est là, au-delà cette frontière, que je l’ai rencontrée: Magali.
Vous pensez que vous êtes seul, mais vous ne l’êtes pas, juste au-delà du bord, au détour de l’imagination, un autre visionnaire danse, rêve, crée. Je suis donc ici dans son monde, pas le mien, pour observer l’émerveillement étonné dans les couleurs douces aquarelle.
J’étais un enfant dans son rêve et elle était à moi, c’était encore une « première fois ».
Oh ne croyez pas ce que j’écris, les mots sont bannis dans le non-sens de l’être, ils sont des couleurs opaques pour décrire un
le coucher du soleil, ce sont des certitudes dans un monde qui n’en a pas.
Si tu veux venir, ouvre les yeux et regarde les images sans donner de sens, accueille-les comme une vague et pars glisser sur le sable comme il t’emmène. C’est un peu comme naître de nouveau et dans la vie on ne dit pas que ça n’arrive qu’une seule fois.
Magali a dit:
« Je continue mes pérégrinations autour du corps, de la mémoire, de l’intime. A l’ombre du doute, au coeur de mes incertitudes.
Je vois dans le corps un morceau de nature et, à l’inverse, je pense au corps humain quand je peins des paysages.
Mon travail me permet d’explorer ma condition d’être humain et d’en épouser le mystère.
Je cherche une forme de vérité mais je la situe dans la pure subjectivité du sentiment.
Mon désir de créer est le même que celui que j’avais enfant. Jouer à la poupée, fabriquer des pantins de papier et inventer des mondes, c’est ce que je continue à faire.
Je m’attache à ce qu’il en soit toujours ainsi, sans projets, sans discours, sans concepts. »

References: http://cargocollective.com/magalicazo

© All images are property of the artist and can’t be reproduced without consense